Synopsis :

la chambre d'ami

Imaginez un cadre de rêve : une luxueuse résidence d’été au milieu des montagnes.
Placez-y un trio de personnages troubles : Charlie, un riche banquier new-yorkais, sa femme Chloe et Matthew, le cousin de Charlie, un cuisinier dont l’existence part un peu à la dérive.
Le décor est posé, les pièces sur l’échiquier. En dire plus serait criminel.
Passion, drame, trahison, adultère, meurtre : rien ne manquera à votre plaisir.

Avec cette peinture d’un couple bourgeois qui, sous des apparences parfaites, recèle bien des secrets et des mensonges, James Lasdun évoque à la fois les univers de Françoise Sagan, de Claude Chabrol et de Patricia Highsmith. Autant dire que le suspense, l’intelligence et le plaisir sont au rendez-vous de ce roman aux rebondissements multiples, où chacun est à la fois coupable et victime de sa nature profonde. Un délice.

 

Mon avis :

Ce livre est clairement un huit-clos complexe . On passe le plus clair de notre temps dans une magnifique maison avec piscine, à Aurélia, petite ville des États-Unis, avec trois personnages très secrets, pendant les deux mois de l’été.

Charlie est un riche banquier New-Yorkais qui a de belles économies et qui passe son temps à faire des aller-retours entre la maison et New-York. Il est taciturne et lunatique. Il est propriétaire de la maison, marié à Chloé et c’est le cousin de Matthew.

Chloé, est une photographe qui se laisse vivre, ne faisant des photos que pour son plaisir, sans forcément en espérer grand chose, bien qu’elle ait apparemment beaucoup de talent. Elle passe le plus clair de son temps à se prélasser au bord de la piscine ou partie pour ses cours de Yoga .

Quant à Matthew, cuisinier au chômage, avec un rêve dans la tête, a accepté la proposition de son cousin de venir passer deux mois chez eux cet été, contre sa participation en temps de cuisinier. C’est donc lui chargé des repas.

Les deux cousins ont un passé quelque peu douloureux ensemble. Leurs pères ayant eu des histoires d’argent, un froid s’est installé entre eux, et le contact restait froid. Matthew a donc été étonné de la proposition de son cousin . De plus, l’attirance de Matthew pour Chloé est claire , même s’il s’empêche à exprimer le moindre ressenti dans ce sens.

C’est ainsi que l’histoire est mise en place. Le tout dans un rythme lent avec des chapitres longs, ce qui nous rajoute ce sentiment de manque d’action mais aussi d’oppression dans l’histoire. On est pris au piège avec eux, dans cette superbe maison, entouré de protagonistes qui, on le sent, cachent tous des choses et sont tous faux. On sait, en tant que lecteur, que quelque chose va se passer, qu’il va y avoir un retournement de situation , et on l’attend avec impatience. On ne peut pas fermer ce livre, sans ce retour de curiosité malsaine et humaine, qui nous pousse à continuer pour savoir ce qui allumera enfin la mèche et explosera toutes les tensions.

On finit par découvrir quelques secrets, certains comportements s’expliquent. D’autres restent plus flous. Jusqu’au meurtre, dont on ne saura pas grand chose, mais qui mettra suffisamment de piment dans l’histoire pour que les mots sortent enfin et que ça remue tout ce petit monde.

Le personnage de Matthew, qui est au centre de l’histoire est réellement complexe et étrange. Il se prône être quelqu’un de bien , d’intègre, et fini par se dire qu’après tout il peut devenir ce que tout le monde dit de lui, un voleur et menteur… C’est de lui dont tout le roman parle. On le suit pendant qu’il espionne Chloé, on entend ses doutes, on entend son passé, qui est chargé certes, mais aussi un peu trop long et légèrement inutile pour ce qui se passe dans le présent. Le passé explique la relation houleuse qu’il entretient avec Charlie, ou plutôt que Charlie entretient avec lui, mais dans tous les cas, il aurait pu être plus facilement résumé.

Je pense que l’auteur s’est surement trop basé sur ce passé en en oubliant un peu le présent, ce qui donne encore une fois un peu de lourdeur au texte, dont la trame est très bonne en soit ( un huit clos, deux hommes et une femme , des histoires et un meurtre… ). Mais le passé étant ce qu’il est, on ne peut pas le changer. Je pense que l’auteur s’est peut-être aussi un peu trop attardé sur des discussions autour du milieu bancaire, monde propre au personnage de Charlie, qui noient le lecteur dans des informations inutiles.

Je garde néanmoins une relativement bonne impression de lecture. La complexité des personnage, surtout du personnage principal, est intéressante. La fin manque surement d’un peu d’action. On s’attend à plus, à un twist final qui nous désarçonne, et finalement on est juste un peu baladé. Dommage qu’après tout ça, ça se finisse ainsi. J’ai aimé le côté huit-clos de l’histoire, c’est ce qui donne clairement de la profondeur. Enfermer trois personnages si différents, avec des secrets inavouables et pesants, rend la base de l’histoire évidemment très intéressante. Je termine donc sur cette note très positive, car c’est au final le ressenti qu’il me reste de ce livre. Heureuse de ma lecture, même si pas littéralement transporté, à la frontière du thriller psychologique, ce roman peut clairement plaire à beaucoup de monde !

la chambre d'ami

Publicités