( Merci à Doc de Whoozone pour la photo ! )

Je tenais avant tout à remercier énormément Adeline et Gaylord pour avoir accepté de répondre à ce petit questionnaire que j’avais créé à l’occasion du Salon des Mines Noires de Noeux les Mines ( mon article sur le salon ici ). C’est vraiment très gentil d’avoir pris le temps de répondre à mes questions ! Merci à vous deux !

Je tiens également à rappeler que Gaylord est auteur, et il tient aussi la maison d’éditions Aconitum . Adeline, sa merveilleuse épouse, est illustratrice pour Aconitum entre autres  ( sa page Facebook ici )

On va commencer en parlant un peu de vous …

1. Quel livre lisez-vous en ce moment ?

GK : 20 000 lieux sous les mers de Jules Verne. Il y a aussi le nouveau Brussolo qui me fait de l’œil. Je lis également de bandes dessinées pour me relaxer (j’achète Spirou magazine tous les mercredi ). Mon rôle de responsable éditorial au sein des éditions Aconitum fait que je me concentre surtout sur les manuscrits que je reçois.

AK : Be creative, un magazine spécialisé dans les logiciels de créations tel que Photoshop. Je lis également, Affirmez-vous ! de Frédéric Fanget.

2. Qu’aimez-vous lire comme type de livre ?

GK : C’est selon l’envie du moment. De la BD comme je disais, du fantastique, de l’horreur, du thriller, du roman noir. Pour répondre plus simplement à la question, ce que je préfère comme livres, ce sont les bons !

AK : je n’ai pas de style particulier. Je choisis mes livres selon la couverture, le titre, puis je lis la 4è de couverture et ensuite la première page. Si le style d’écrire me plait, je prends !

3. Quel est votre livre fétiche ?

GK : Un seul ? Vraiment ? Bon, vous êtes dure en affaire Charlène. S’il ne peut en rester qu’un, cela serait Le voleur d’éternité de Clive Barker. Il s’agit d’un livre jeunesse fabuleux que j’ai découvert à 12 ans.

AK : le livre qui m’a fait vibré la première fois (du moins dans mes souvenirs) c’est L’enfance volée de Charlotte Valle Allen. Je l’avais trouvé dans un marché aux puces et il fait encore parti de ma bibliothèque.

4. Quels sont vos endroits préférés pour lire ?

GK : Peu importe le lieu. Quand je lis un bon livre, le monde extérieur s’efface. Je m’immerge complètement dans l’univers de l’auteur.

AK : J’aime être bien installé, dans mon fauteuil avec une tasse de thé. Mais il m’arrive souvent de lire dans les salles d’attente.

5. Un livre dont vous n’avez pas fini la lecture ?

GK : Plein ! Avant, je n’osais pas faire ça par respect pour l’auteur. Puis, une rencontre m’a décomplexé à ce sujet. Si je n’accroche pas à un livre, il n’est pas mauvais pour autant. Il n’est juste pas pour moi.

AK : Alors un livre que je n’ai pas réussi à lire … et vous allez peut être me huer, c’est Le journal D’Anne Franck.

6. Quel est votre rituel d’écriture ? Avant d’entamer les illustrations ?

GK : Pour l’écriture, je n’ai pas vraiment de rituel. Je m’y mets quand le temps me le permet (souvent la nuit).

AK : Avant de faire des illustrations, j’aime me mettre dans l’ambiance. J’y pense quelques jours avant. Puis je crayonne de ci de là.

7. Un mot que vous aimez ?

GK : « Utopies » car il est bon d’en avoir. Cela fait de nous des rêveurs.

AK : « Espoir ». Il faut toujours y croire même quand on doute !

8. Un mot que vous détestez ?

GK : « Impossible » car rien n’est impossible. 

AK : « Vide », le vide est si triste et morne. Nous avons tendance à voir le verre à moitié vide alors qu’il est à moitié plein ! Il faut profiter des belles choses et laisser les autres faire leur chemin.

9. Décrivez-vous en 3 mots ? Et si vous deviez décrire l’autre en 3 mots ?

GK : Mon employeur m’a posé la même question lorsque j’ai postulé à un nouveau poste il y a peu. J’ai répondu « beau, fort et intelligent ». Je n’ai pas eu le poste….comprends pas.

Si je devais décrire Adeline en trois motsvous savez qu’elle est ma femme et que donc, je ne dois pas me louper au risque de représailles à la maison. Je dirai « tenace, aimante et talentueuse ».

AK : En pleine recherche de moi-même, je me suis beaucoup posée la question je dirais : souriante, perfectionniste et touche à tout.

En ce qui concerne Gaylord, je dirais qu’il est patient, présent et bosseur.

10. Avez-vous une mauvaise habitude ? Un toc ?

GK : Absolument, j’en ai un, voire deux, peut-être même plus mais ne comptez pas sur moi pour les dévoiler !

AK : Je me lave les mains en permanence.

11. Êtes-vous superstitieux ?

GK : Pas du tout.

AK : Non je suis plutôt cartésienne

12. Une musique que vous aimez beaucoup ?

GK : Je suis métalleux de souche même si je dois reconnaitre que depuis quelques temps, je suis plus porté vers la chanson française (Saez, Thiefaine, Mano Solo…) et le classique (Chopin, Satie…)

AK : J’ai beaucoup évolué, et ce grâce à Gaylord car je suis passée des boys band (à l’adolescence) aux groupes et chanteurs engagés tel que Saez. Mais celle qui me fait toujours autant rêver c’est Pink ! Son univers est magique et elle a un talent incroyable.

13. Un film que vous adorez ?

GK : Je ne regarde presque plus de films. Dark City d’Alex Proyas est un petit chef d’œuvre au niveau de l’ambiance et de la réalisation. Je ne me lasse pas de le revoir.

AK : Alors, au risque de ne pas être très original, Dirty Dancing m’a bercé pendant très longtemps.

14. Gaylord : Vous écrivez des livres jeunesse (mais pas que …). Le choix des mots et des histoires est différent de celui d’un thriller ou d’un polar classique. Alors pourquoi ce choix ?

GK : Je ne ressens pas de difficulté particulière à adapté le langage pour la jeunesse. Déjà, il est hors de question de trop le simplifier. Il ne faut pas sous-estimer nos enfants et leur capacité à dompter de nouveaux mots. Tout est une question d’état d’esprit. Quand j’écris des histoires pour les adultes, elles sont sombres, crues et parfois violente. Il s’agit très certainement d’une catharsis pour moi. Un moyen de lâcher la pression. C’est d’ailleurs le thème du recueil Dysfonctionnement de l’être publié en février dernier chez Les indés.

Quand j’écris pour les enfants, je me mets dans la peau du jeune garçon que j’étais il y a 25 – 30 ans de ça. Je m’amuse vraiment dans cet exercice.

Adeline : Vous avez développé vos talents d’illustratrice avec les couvertures de la maison d’édition Aconitum (et bien d’autres encore) qui sont d’ailleurs exposés aujourd’hui. Quels sont vos projets dans un futur proche ?

AK : Je suis en pleine reconversion professionnelle et j’apprends tous les jours ! David Lecomte m’a offert la chance, il y a un an de réaliser les couvertures des éditions Aconitum et je l’en remercie vivement. Aujourd’hui, je souhaite continuer à travailler sur la réalisation des couvertures de livres pour d’autres maisons d’éditions mais aussi devenir une illustratrice jeunesse. La création est une source de bonheur immense pour moi alors boulot boulot.

 

Je vous remercie d’avoir accepté de répondre à mes questions.

GK : Avec plaisir Charlène.

AK : Merci pour l’intérêt Charlène. A bientôt

Publicités