Éditions Fleuve Noir – Sortie le 13 avril 2017 – 468 pages

Synopsis :

lettres de chairElles portaient l’empreinte de la mort gravée sur leur corps.

Le commissaire Roy Grace comptait se consacrer à son déménagement, mais ses projets sont bousculés : une jeune femme de Brighton vient de se volatiliser et son cas émeut la ville entière. Le seul indice : un téléphone, retrouvé sur les lieux de sa disparition.

Non loin, sur un chantier du bord de mer, des ovuriers déterrent un squelette. L’autopsie révèle qu’il s’agit d’une femme dont le corps a été enfoui trente ans auparavant. Mais le plus surprenant – et glaçant – est cette marque funeste sur les os de son crâne…

À la recherche de l’identité de la victime, Roy Grace se plonge dans les archives de la police et exhume plusieurs affaires similaires. Tout porte à croire que ces cold cases et l’enquête d’aujourd’hui sont liés. Quand une nouvelle disparition est signalée, Roy n’a plus de doutes : le meurtrier n’a pas achevé son grand œuvre…

 

Mon avis :

Le problème lorsque l’on découvre des auteurs qui n’en sont pas à leur coup d’essai, et qui réussissent à vous embarquer dans leurs histoires, c’est qu’on fini par lire tous leurs livres… Je crois que je vais devoir me trouver les précédents ouvrages de Mr Peter James ! « Lettres de chair  » est un livre comme je les aime !

Un peu d’histoire…

Tout commence le Jeudi 11 décembre. Logan Somerville, jolie jeune femme, rentre chez elle. Elle s’apprête à garer sa voiture dans le parking souterrain à côté de son appartement lorsqu’elle voit un homme, tapi dans l’obscurité. Et elle disparaît… Elle est injoignable et introuvable.

Parallèlement, des hommes retrouvent un corps sous une dalle sur un chantier sur lequel ils travaillent. Le corps aurait été mis là il y a plus de 20 ans.

La petite ville de Brighton, en apparence calme, devient alors le théâtre d’enlèvements et de meurtres, plusieurs corps sont retrouvés, soit en état de décomposition avancée, soit complètement défigurés.

Le commissaire Roy Grace n’a pas d’autre choix que de se plonger à corps perdu dans ces eaux troubles, en espérant empêcher de nouveaux meurtres…

Des personnages percutants et intéressants

Le commissaire Roy Grace est le personnage principal, mis en avant par l’auteur. C’est un flic calme et réfléchi. Il n’a pas la fâcheuse tendance à foncer tête baissée , ce qui est pourtant un type de caractère que j’adore chez les flics dans les livres. Mais celui-ci m’a séduite avant tout par sa douceur, sa volonté de bien faire et de ne pas négliger de pistes importantes. On lui découvre un caractère plus fonceur sur la fin, et je trouve que ça lui réussit plutôt bien !

Il est entouré d’une équipe de flics avec qui l’entente est très bonne, et on s’en rend vite compte. Ils sont soudés et ont confiance les uns envers les autres. Ils sont efficaces, sur le terrain et dans les bureaux.

Le tueur est quelqu’un de profondément psychopathe, tellement sûr de lui, qu’il n’hésite pas à agir pour réaliser ses fantasmes et ses envies. L’auteur nous crée un personnage réellement effrayant et inquiétant.

L’auteur nous permet aussi de rencontrer d’autres personnages, sûrement déjà apparus précédemment dans ses autres romans. Leurs apparitions sont justifiées, et apportent une envie de savoir ce que ce commissaire a bien pu vivre dans le passé. Une envie de lire ses autres romans et de se plonger dans le passé de Roy Grace.

Une lecture prenante qui tient la route

Que dire de ce livre, sinon que j’ai été complètement emballée par l’histoire, les personnages et l’ambiance créés par l’auteur.

Les chapitres sont courts ( 111 chapitres pour 468 pages ), ce qui donne du rythme et permet à l’histoire de ne pas traîner dans des détails superflus. Rien n’est inutile, on ne s’ennuie pas ! Chaque chapitre est daté, ce qui permet de comprendre facilement l’évolution de l’enquête, et de situer plus facilement les passages au passé.

On est tantôt au cœur de l’histoire en prenant part aux investigations policières, tantôt avec le tueur et ses « amis » et, enfin, régulièrement plongés avec les victimes pendant leur attente inexorable et infernale. Ce qu’elles vivent est tellement effrayant et angoissant, on ressent leurs peurs et on serait presque ouverts à la panique à l’idée de ce que le tueur sera capable de leur faire subir.

J’ai adoré cette histoire autour du personnage de Roy Grace, et malgré le fait que je n’avais jamais lu un de ses ouvrages avant, je n’ai pas du tout été perdue dans l’histoire. On comprend bien que l’auteur fait le choix de citer quelques événements qui ont eu lieu dans ses précédents romans, sûrement pour faire un rappel destiné à ceux qui les avaient lus, ou pour donner envie de lire à ceux qui ne connaissaient pas ( ce qui est mon cas ). Ça n’empêche pas du tout la bonne compréhension de ce livre. Je n’ai ressenti aucune gène dans le fait de ne pas avoir lu les précédents titres de l’auteur, mais plutôt une sorte de curiosité qui m’a donné envie d’en savoir plus.

En conclusion

En bref, l’histoire est captivante, les personnages intéressants et attachants, le rythme est bien présent , ainsi qu’un style indéniable. On ne s’ennuie pas, on veut en savoir plus. Ce roman a été clairement pour moi une porte ouverte dans le monde Peter James, et l’envie, piquée de curiosité, d’en savoir plus sur le passé de Roy Grace, son personnage principal.

La fin du roman nous livre un twist final, faisant envoler nos doutes, qui nous laisse pantois et nous donne très envie d’en connaître la suite.

C’est un livre que je conseille ( et oui encore un ! ) si vous aimez les romans policiers bien tournés où vous ne vous ennuyez pas  !

lettres de chair

 

 

 

Advertisements