Synopsis :

les anges de feu

 

Une vision d’horreur, au fond d’une crevasse, sur un glacier du Groenland.Un orphelin kidnappé dans un bidonville de Nairobi. Une grotte à fl anc de volcan en Tanzanie. Une île au large de Cuba. Des singes évadés d’un laboratoire secret. Des larmes de sang.

La quête de Will Jaeger continue. Mais plus il avance, plus ses ennemis s’acharnent. Et plus la noirceur de leurs desseins apparaît terrifiante.

 

 

 

Mon avis :

Deuxième tome de la trilogie de Bear Grylls, « Les anges de feu » fait partie de ces livres d’action où on ne respire jamais. Un mélange parfait entre Jason Bourne et Indiana Jones, où en plus de réussir à intégrer des secrets historiques, notamment autour de la seconde guerre mondiale et de la survie du Reich d’Hitler, l’auteur réussit sans problème à nous embarquer avec Will Jaeger et toute son équipe dans un périple extraordinaire.

Ma chronique sur le premier tome « Le tombeau d’acier » est ici .

L’histoire :

Will Jaeger sait que son amie Leticia Santos est détenue sur un îlot de Cuba, bien gardée dans un Bunker et entourée de gardes armés. Mais rien n’est imprenable et Will Jaeger va devoir ruser et faire confiance à ses amis pour l’aider dans cette ascension. Une aventure dangereuse, mais Will ne peut absolument pas se résoudre à abandonner un membre de son équipe.

Sauf que tout cela ne sera que le début d’une histoire plus compliquée que ce qu’il aurait pu croire, car cette quête ouvrira d’autres portes, dont celle de la disparition de son fils et de sa femme il y a 3 ans.

Le tout mêlé avec des descendants de SS nazis qui ne souhaitent qu’une chose : voir revenir le IIIème Reich d’Hitler et faire payer à tous ceux qui l’ont amené à sa déchéance. Ils sont puissants et machiavéliques, et l’issue ne peut qu’être mortelle.

L’auteur et sa propre histoire :

bear-grylls

Bear Grylls ( de son vrai nom Edward Michael Grylls … oui oui , on retrouve là les deuxième et troisième prénoms de son personnage principal, William Edward Michael Jaeger ) est un aventurier et écrivain britannique. Ancien soldat des forces spéciales ( SAS ) – tout comme son personnage William, encore une fois – il est surtout connu pour son émission de télé-réalité « Seul face à la Nature » diffusé dans quelques pays dont la France et la Belgique.

C’est aussi le plus jeune britannique à avoir escaladé l’Everest et un pic de l’Himalaya.

Il s’est inspiré du passé de son grand-père, qui avait travaillé pour les services secrets, pour mettre en place le personnage du grand-père de William Jaeger et développer l’histoire autour des services secrets et du nazisme. En effet, selon une note de l’auteur au début du roman, son grand-père était commandant en chef de l’unité spéciale Target, un commando secret constitué à la demande de Winston Churchill vers la fin de la Seconde Guerre Mondiale . Ce petit groupe d’officiers est resté la plus clandestine des unités jamais assemblées par le Bureau de la guerre; sa mission principale consistait à traquer puis à récupérer les technologies secrètes , les armes, les savants et les hauts gradés nazis , afin qu’ils servent la cause des Alliés face à la nouvelle superpuissance mondiale désormais ennemie, l’Union Soviétique.

Il s’est donc largement inspiré de l’histoire de son grand-père Ted, de son passé, de son vécu, de ses propres connaissances sur le terrain pour nous livrer un thriller passionnant.

Le plaisir de l’action

Emmenés à la suite de Will Jaeger, on ne s’ennuie pas ! On suit, on prie pour survivre à tout ce déferlement d’action et d’émotions. Complètement stressés avec les personnages, on se laisse juste embarquer, tant par la puissance de l’histoire que par la facilité avec laquelle Bear Grylls réussit à nouer le passé et le présent. C’est un point fort de ce livre : la sensation que tout ce que l’auteur avance sur la fin du Reich n’est que vérité. Tout semble tellement vrai qu’aucun doute n’est permis et qu’on ressort de cette lecture avec l’impression que les nazis peuvent ressurgir à tout moment.

Chaque action menée est suivie automatiquement d’une autre action tout aussi périlleuse qui les mettra tout autant en danger. Autant dans le premier tome, certaines actions semblaient longues, autant dans ce deuxième opus c’est juste un régal de la première à la dernière page. Aucun moment de répit, juste de l’action , de l’action et encore de l’action.

Les armes à feu et toutes les autres technologies capables de les aider à se défendre sont détaillées et utilisées sans arrêt. L’avantage, c’est qu’on s’y connait. On referme le livre en étant capable de différencier les anti-chars, les longues ou courtes portées, les balles creuses … Bref du Bear Grylls qui, comme dans le premier tome, nous fait part de tout son savoir.

Un excellent livre

Pour ma part, un roman que j’ai adoré. J’avais déjà beaucoup apprécié la lecture du premier opus, mais ce second tome est clairement une gamme au dessus. Mais que c’est bon de juste se laisser embarquer et voir ce qui va se passer. On est pris dans le feu de l’action et on prie pour que ça passe et que tout le monde s’en sorte entier.

Le personnage de Will Jaeger est pour moi le portrait craché de Bear Grylls, tant physiquement que mentalement. C’est très facile de se l’imaginer à sa place. Et ça le rend d’autant plus attachant, quand on voit avec quelle dévotion il cherche après sa femme et son fils disparus. Ça reste néanmoins à mon avis un « livre de mec », mais ça ne gâche rien au plaisir de lecture quand on en est pas un.

Un livre que j’ai vraiment beaucoup aimé, une excellente lecture bourrée d’action. Je le conseille à 100 %.

les anges de feu

Publicités