Synopsis :

supplices passionJulie Fronsac vient de réaliser son rêve : intégrer l’équipe du Commandant Philippe Dumas au sein de la brigade criminelle de Toulouse. Philippe Dumas est plus qu’un simple flic, presque une légende. Spécialisé dans la traque des pires criminels et la résolution des affaires les plus sordides, le Commandant Dumas a pour lui un palmarès forçant le respect. Mais Julie va devoir composer avec les multiples facettes de son énigmatique chef.
Flic aux méthodes plus que douteuses, amant au pouvoir de séduction fascinant et homme brisé par son passé : Julie découvrira son idole sous un tout autre jour.
Quand un terrible prédateur s’abat sur la ville rose, les heures sont comptées pour faire cesser les abominations du fou sanguinaire. Des heures qui vont plonger Julie dans l’horreur et la mener vers une vérité qu’elle n’aurait jamais pu imaginer !

 

Mon avis :

Un roman qui ne peut pas laisser de glace ! Un tueur fou aux méthodes vraiment dégueulasses, je crois que niveau machiavélique et tordu, je n’avais encore rien lu d’aussi puissant. Néanmoins, petite déception sur les personnages mais je vous en parle ci-dessous …

ATTENTION : certains termes de cette chronique peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes !!

Un peu d’histoire

« Dans les supplices de la passion », on fait rapidement connaissance de Philippe, le tombeur de ses dames, flic au caractère bien trempé qui se permet beaucoup de choses grâce à son nombre record d’affaires résolues. On rencontre assez vite également Julie, qui est un membre de son équipe et qui a dû apprendre à s’imposer malgré ses tenues (trop) légères.

Tout commence donc par un meurtre sur une femme cinquantenaire, Jacqueline. Pauvre Jacqueline, j’ai eu mal au cœur, c’est le prénom de ma grand-mère et j’avoue que ça m’a fait bizarre ( même si elle est plus proche des 80 ans que des 50 ans … ) . Bref , on se rend déjà compte à quel point le tueur est machiavélique, mais aussi ordonné et malin.

Et donc de là commencent les questions pour savoir qui ? pourquoi ? comment ? où ? Mais débute aussi la succession de meurtres de plus en plus atroces, jusqu’à l’apothéose finale.

Des personnages antipathiques

Autant le dire tout de suite, et j’en ai fait d’ailleurs part à l’auteur ( désolée Marc , tu sais que c’est pas contre toi hein 🙂 ) j’ai littéralement détesté les personnages, surtout celui de Philippe, l’inspecteur principal. Celui que j’ai préféré, c’est le grand costaud qui parle pas beaucoup … pour dire !

Je déteste devoir parler autant en négatif d’un aspect du livre, mais j’ai vraiment eu beaucoup de mal. Philippe est un homme sûr de lui, limite vaniteux, et vous m’excuserez les termes : qui se prend pour le roi de la « kekette » … Il se vante énormément, ne pense qu’à baiser ( car oui, il ne fait pas l’amour … ), avec lui, les femmes jouissent constamment… Bref, j’ai énormément ri, car oui, j’ai trouvé ça très fantasmé et hyperbolé. De plus, Môsieur se balade en vieille Porsche ( mea culpa Marc )  que la police se fait une joie d’entretenir parce qu’il résout énormément d’affaires…. Mouais, bon autant dire que je n’était pas convaincue et que je l’ai trouvé fort prétentieux.

Quant à Julie, c’est aussi difficile d’apprécier le personnage. Elle a les hormones en fusion, et peut arriver sur une scène de crime dans une robe transparente, coupée très court, et sans sous-vêtements, car elle aime avoir l’entrejambe à l’air … Mouais, bon encore une fois, un peu trop poussé à mon goût, ça paraît très invraisemblable et déplacé. Surtout qu’elle ne s’en était pas rendu compte…

L’histoire est très intéressante

Quand on passe au dessus de cette aversion pour les personnages, l’histoire est très intéressante et bien tissée. Le rythme du début est un peu lent car l’auteur revient sur des événements passés qui ralentissent malheureusement le rythme des meurtres et de l’enquête. Il faudra un long moment avant d’assister à la première réunion de groupe, mais je considère que c’est une mise en place des personnages et de leur mentalité. En savoir un peu plus sur leur passé permet de comprendre mieux certaines réactions.

Le tueur est intelligent. Il va vraiment donner du fil à retordre à toute l’équipe. La violence allant crescendo, c’est très difficile d’imaginer les scènes et les sensations qu’ont éprouvées les victimes sans avoir une grimace de dégoût. Car il ne tue pas de suite, il les torture littéralement. Il est hyper inventif et l’auteur a poussé la perversion au-delà de ce qu’on peut lire d’habitude. Certaines scènes sont plus difficiles à lire que d’autres.

Un ressenti positif

Malgré toutes ces scènes à caractère un peu trop pornographiques, l’histoire m’a vraiment emballée. La violence rarement croisée et l’ambiance globale des meurtres est le leitmotiv de tout le livre.  On n’a qu’une envie c’est de savoir qui a fait ces horreurs. Car Marc Gouraud a beau avoir écrit une suite ( avec les mêmes personnages ), l’enquête se finit bien à la fin du livre. Donc accrochez vous bien à la couverture, ça va remuer sévère !

Bref , si vous aimez les tueurs en série, vous ne serez pas déçus, ça non ! Et une fois les personnages installés, le rythme est soutenu et addictif !

 

 

 

Publicités