Synopsis :

la nuit n'est jamais complète

La route à perte de vue au milieu d’un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place tout dérape… Ils se réveillent abandonnés, naufragés de l’asphalte, avec trois autres rescapés. A quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps.
Quelques maisons en tôles froissé se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar… Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un hasard ?

 

Mon avis :

Un roman court, rythmé et percutant. Premier livre que je lis de Niko Tackian et aucun regret ! Direct, froid, vif : un excellent roman où les personnages nous amènent à une fin logique et inattendue.

L’histoire

Jimmy et Arielle. Un père et sa fille qui partent pour un périple en voiture, mais qui se font arrêter en plein désert par un flic qui leur fait barrage et avec trois inconnus. La nuit sur place leur laissera un sentiment de trahison quand ils verront à quel point ils ont été dupes…

Les voilà donc sans véhicule fonctionnel, à pied, avec trois inconnus et un flic disparu, à devoir traverser un désert aride pour tenter de trouver de l’aide et de rejoindre la ville.

Sauf qu’entre la découverte d’un charnier, une mine abandonnée, des traces de pattes ou de pieds d’enfants… toute cette histoire finira par tourner au cauchemar…

Des personnages étranges

Jimmy reste le personnage central, un homme ayant du vécu, et suffisamment sûr de lui pour tenter de prendre les rênes de cette expédition. Sa fille, Arielle, est jeune et jolie, des notions de médecine en poche, ce qui aidera le groupe …Oui oui, croyez-moi …

Les autres personnes faisant la route avec eux sont Victor, têtu et inquiet de retrouver sa famille. Juan, colosse bagarreur qui passe son temps à reluquer la jeune Arielle. Et Florencio, le résigné qui s’adapte à toutes les situations.

Cinq personnages donc, cloîtrés dans ce huis clos géant qu’est le désert et la difficulté à trouver âme qui vive autour de la mine.

Une ambiance oppressante

Pas de détails inutiles, pas de description ennuyante, ce roman se lit très vite. Son faible nombre de pages et son rythme tiennent le lecteur en haleine, lui montrant comment l’esprit humain peut être retors. Enfermés dans ces pages avec cette sensation d’étouffement qui ne nous lâche pas, alors que tout se déroule dans un désert, vaste, immense et … désert.

Niko Tackian réussit à nous mettre le doute sur ce qui est vrai, ce qui pourrait l’être, ce qui s’est vraiment passé ou ce qui est supposé, avant de tout nous faire comprendre dans les dernières pages, nous montrant à quel point nous pouvons être aisément manipulés par l’auteur, que c’est bien lui qui gouverne ses personnages, que ce sont ses mots qui sont choisis et que le lecteur est invité à voyager dans son esprit. Et qu’en plus de tout ça, Niko Tackian nous montre à quel point notre jugement peut être déformé selon les informations que nous avons.

Les lieux sont sombres, froids tout en étant excessivement chauds, inhospitaliers. Ils nous angoissent, nous laissent à penser que quelque chose de terrible peut arriver n’importe quand, se demandant qui sera le prochain à y passer.

Une excellente lecture

L’ambiance aura tout fait pour moi. Je ne trouve pas que les personnages soient forcément très attrayants ou attractifs. Je ne m’y suis pas attachée, par contre j’ai apprécié cette façon dont l’auteur les a dépeints, la façon dont il a su créer des personnalités si différentes, aux comportements et aux réactions aux antipodes les uns des autres. On ne peut pas s’identifier à l’un d’eux, mais on peut comprendre le caractère et les motivations de chacun.

L’ambiance générale du roman est oppressante, triste, froide, tout en restant ambigüe , ce qui rend la révélation finale inattendue, et qui pourtant explique tout d’une façon des plus rationnelle, logique et claire. Tout prend alors un sens …

Niko Tackian, un auteur que je découvre à travers ce premier roman, mais je peux vous assurer une chose, ça ne sera pas le dernier !

la nuit n'est jamais complète.jpg

 

Publicités