Édition Bragelonne Thriller – Date de sortie : 20 septembre 2017 – 274 pages

Synopsis :

1709-Commeunchien_orgBienvenue chez les Cross, une famille aisée de Los Angeles. Une famille heureuse… en apparence. Delia, onze ans, est une star en train d’éclore. Tout le monde dépend d’elle : sa mère, qui gère d’une main de fer ses auditions ; son père et ses voitures de collection ; son frère que la jalousie ronge. Heureusement que Caity, le chien de la famille, est là. Auprès d’elle, Delia se sent aimée, en sécurité. Une nuit, un incendie se déclare dans la chambre de la petite. Sauvée in extremis par son chien, Delia survit, défigurée. Mais sa mère y voit une opportunité. L’argent, voilà ce qui compte chez les Cross. Quitte, pour l’obtenir, à vendre la souffrance d’une enfant…

 

Mon avis :

Un roman différent, qui sort clairement des sentiers battus. Très bonne lecture pour ma part, malgré un début un peu lent, on s’attache vite aux personnages et la fin m’a énormément emballée…

L’histoire

Delia, 11 ans, est une petite fille heureuse de vivre. Elle va de casting en casting, sous l’impulsion de sa mère qui veille au grain, et qui la pousse à en faire toujours plus. Mais pour Délia, c’est inné. Elle a naturellement cet air décontracté devant la caméra, et elle plaît. Mais elle aimerait aussi vivre comme tous les autres enfants. Elle aimerait aller à l’école et avoir des amis. Malheureusement, l’ambition de sa mère pour sa vie de star occulte tout … Délia n’aime qu’une chose, la compagnie de sa chienne, Caity, en qui elle voue une confiance sans faille.

Et puis un soir, un terrible accident arrive dans la chambre de Delia. Elle est brûlée et défigurée, et sauvée au dernier moment par Caity son chien. Dès lors, sa mère va tout tenter pour continuer à attirer les caméras sur Délia, sa fille désormais défigurée au courage incroyable …

Les personnages

J’ai pu discerner deux types de personnages dans ce roman : les attachants et les détestables. C’est tout noir ou tout blanc, mais on n’arrive pas à ressentir de l’empathie pour ceux dont on sait, dès le début, qu’on ne supportera pas. Et on sait qu’on va les détester jusqu’à la fin.

Délia est une petite fille adorable, qui ne cherche qu’à vivre simplement, loin de toutes ces caméras. Elle sacrifie son enfance pour faire ce dont sa mère a envie, pour que ses parents puissent dépenser des sommes astronomiques dans des choses complètement inutiles : son père passe son temps à bichonner ses voitures de luxe et ses télévisions dernier cri, encore plus puissantes que les précédentes qu’il avait achetées à peine quelques mois plus tôt. L’agent, qui ne voit dans cette famille que l’argent qu’elle peut lui rapporter, et enfin la mère de Délia, qui est clairement une des plus détestables que j’ai pu croiser dans un roman. Son rôle s’empire et elle s’enfonce de plus en plus dans ce besoin de se faire connaître à travers la célébrité de sa fille, peu lui importe que cette dernière soit réellement heureuse ou non. Et quand on la voit siffler des bouteilles complètes d’alcool mélangées à des médicaments aux origines douteuses, cela ne fait qu’accentuer ce sentiment de dégoût et d’énervement qu’elle nous inspire depuis le début.

Caity, la chienne…

Caity est un bouvier australien. Elle est décrite d’une belle façon. Elle est aimé par Délia et son frère, choyée et chouchoutée même. Elle ne fait qu’un avec Délia. Un lien fort les unis toutes les deux. Et mine de rien, son rôle va être d’une grande importance dans cette histoire.

C’est un personnage que j’ai beaucoup aimé. Très bien mise en avant grâce aux paragraphes en italiques où on entend ses pensées, et où on ressent ce qu’elle voit et ce qu’elle vit. C’est un personnage attachant et très touchant. Son rôle a une grande importance et prendra du poids au fur et à mesure de l’évolution de l’histoire.

Ayant moi-même des chiens, j’étais un peu sceptique au début de ma lecture. Car le roman commence sur un tour que Délia lui apprend. Elle doit retrouver des balles et les choisir selon leur couleur. Je ne dénigre en aucun cas l’intelligence de mes propres chiens ( lol ) mais cela m’a poussé à me dire que c’est quand même très improbable. Je démarrais donc la lecture avec un peu d’à priori sur cette chienne. J’aurais peut être préféré qu’elle nous soit présentée comme un chien des plus ordinaires. Mais en y repensant, ce début laissait déjà ressentir au lecteur que Caity était spéciale, et qu’elle aurait son importance dans cette intrigante histoire.

Une excellente lecture !

Une mise en place des personnages un peu longue à mon goût, ce qui a eu pour effet de certes bien les ancrer dans leurs rôles, bien faire comprendre au lecteur qui était qui, mais aussi laisser planer une ambiance froide et douteuse. Je pense après coup, qu’elle se révélait sûrement nécessaire pour que le lecteur se rende bien compte que toute la famille reposait sur le bon vouloir de Délia à accepter de suivre sa mère dans ses délires de stars et que ce soit elle, une gamine de 11 ans qui ramène l’argent et le luxe dans leur foyer, pour les parents et pour son frère qui la jalouse.

Néanmoins, une fois l’accident survenu, on est clairement dans le vif du sujet, et on se demande encore quel plan complètement retors et fourbe sa mère va encore pouvoir inventer pour se faire de l’argent sur le dos de sa propre fille défigurée et souffrante. Et croyez-moi, elle va y arriver. Je l’ai insultée plusieurs fois au long de ma lecture. La mère de Délia est vraiment un personnage détestable.

Le rythme du livre va en s’intensifiant, jusqu’aux scènes finales, que j’ai littéralement adorées ! L’action, le mouvement, les pensées, tout est mis en corrélation de façon à ce qu’on soit absorbés et embarqués dans ces scènes inimaginables. Tout se met en place, et le détail des actions, suffisamment bien dosé pour qu’il n’y ait aucune lourdeur, emmène le lecteur dans cette fin qui a mes yeux est une magnifique apothéose pour cette histoire. C’était exactement ce qu’il fallait pour clôturer parfaitement cette lecture.

En bref …

Personnellement, j’ai donc vraiment adoré cette lecture, qui a su me laisser un excellent ressenti une fois la dernière page tournée, même si l’épilogue garde encore quelques mystères. J’ai été embarquée par ces personnages forts et par cette histoire complètement fantastique. En matière de thriller fantastique, il y a ici un très bon niveau pour moi. Le fantastique est saupoudré sur l’histoire, juste ce qu’il faut pour que le tout reste crédible et agréable.

Un livre que je recommande aux amoureux du genre !

comme un chien

 

 

 

 

Publicités