Édition Calmann-Levy – Paru le 19 Septembre 2018 – 360 pages

Synopsis :

le douzieme chapitreÉté 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables.  Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît.
30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. À l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les événements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire.

Voici le trailer du roman :

 

Mon avis :

Un roman noir efficace, ne laissant pas d’autre choix au lecteur que de poursuivre sa lecture jusqu’à l’ultime page, rongé par le besoin de savoir ce qui s’y cache. Dans la lignée de « Les chiens de Détroit », l’auteur nous livre encore une fois un roman mêlant angoisse et curiosité malsaine. Un bon roman à suspense à découvrir !

L’histoire :

Tout commence pendant l’été 1986. David a 12 ans. Et comme tous les ans, il passe ses vacances avec sa famille dans des petites maisons qu’ils louent à leur entreprise. Cette année-là, avec son ami Samuel, ils vont faire la rencontre de Julie, une jeune fille de leur âge qu’ils n’avaient jamais vue auparavant. Les liens vont se nouer entre les trois jeunes et ils passeront l’été ensemble.
David et Samuel se rendent compte du changement d’humeur des membres de leur famille, l’impression qu’ils leur cachent quelque chose. Et puis Julie disparaîtra. Ce qui sera le drame de trop et qui poussera tout le monde à rentrer chez soi, et quitter ce village de vacances maudit.

Trente ans plus tard, David est devenu écrivain, et Samuel est son éditeur. Ils n’ont plus reparlé de cet été-là, et pourtant, un jour, ils vont tous les deux recevoir un manuscrit, dans une enveloppe kraft, les ramenant sur les traces de cet été 1986. Que s’est-il passé à cette époque ?

Une trame envoûtante

Je voulais absolument connaître le fin mot de l’histoire. Le décor est planté, l’usine est en faillite. Ils vont devoir licencier les ouvriers, et ils veulent laisser passer l’été pour l’annoncer aux familles. On sent alors que quelque chose va se jouer autour de cette histoire de licenciement, de familles avec le père et la mère y travaillant, se retrouvant d’un coup sans emploi, sans argent. La situation va être tendue et on le comprend de suite. Surtout quand on sait que tous se réunissent au même lieu de vacances l’été. On a le sentiment que tout se joue autour de ça, et cette impression de nous quittera pas tout au long de la lecture.

Et puis David reçoit cette enveloppe, ce manuscrit reprenant ce qu’il s’était réellement passé ce jour-là, avec des détails que lui seul connaissait. On sait donc qu’on va découvrir ce qui se trame à travers la lecture de ce manuscrit et de ce douzième chapitre… L’auteur en profite donc pour alterner les passages du manuscrit avec les réflexions de David, nous laissant miroiter en attendant de savoir quel est ce fameux douzième chapitre !

Un bon livre à suspense !

Ce fut une très belle lecture ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire « Le douzième chapitre »! C’est fluide et agréable. L’alternance des chapitres est intéressante et donne du rythme à une histoire où il n’y a rien de forcément très actif. Les personnages sont attachants mais je ne compte plus les fois où ça me démangeait de leur donner une belle claque pour qu’ils se remuent les puces, surtout David. J’ai malheureusement vu la fin se dénouer à partir de la moitié, sans forcément chercher. C’était la fin logique par rapport à ce qui était amené dès le début. Malgré ça, ce qui est intéressant, c’est la façon dont l’auteur nous y emmène. Il sème ses petits cailloux et nous laisse le suivre, sans faire attention si le chemin qu’on suit est semé d’embûches, ce qui rend forcément l’histoire encore plus remarquable.

« Le douzième chapitre » est donc un roman parfait pour vous complaire dans le fond de votre canapé avec votre couverture chaude et votre bol de café. Ça se lit vraiment bien, et on sent que l’auteur a pas mal de secrets à dévoiler au fil des pages, et on veut absolument tout savoir. L’avantage, c’est qu’en refermant le livre, on a tous les éléments, il ne reste pas de zones d’ombres qui vous feront tourner bourrique. Tout est clair, et ne laisse planer aucun doute sur qui, quoi, quand, comment …

En bref

Entre regard d’adolescents sur la disparition d’une amie, et remise en question d’un auteur recevant un manuscrit sur une partie de sa jeunesse, « le douzième chapitre » de Jérôme Loubry est un roman qui a de nombreux secrets à vous révéler ! Que s’est-il passé lors de cet été 1986 et de la disparition de Julie ? Quel est ce manuscrit qu’ils ont reçu ? Qui leur a envoyé ? Pourquoi ? Tant de questions qui trouveront des réponses au fil des pages, entre l’été d’une jeunesse oubliée et une vie actuelle bien trop monotone.
Un roman à dévorer sans scrupules, et avec plaisir ! Une intrigue bien menée, des personnages certes lents à réagir mais intuitifs, et une bonne dose de suspense et de secrets cachés depuis des décennies. Un roman à découvrir sans hésiter !

Publicités