Éditions Bragelonne Thriller – Parution le 12 Septembre 2018 – 480 pages

Synopsis :

Ne restez pas dans le noir

par omissionAu cours d’une éclipse totale de soleil, un jeune couple voit sa vie bouleversée : témoins d’un viol, Laura et Kit ont décidé de témoigner. Quitte à mentir par omission pour être sûrs que l’agresseur de Beth finira en prison. Mais Beth, rejetée par tous, s’est peu à peu immiscée dans leur existence. Et son agresseur, depuis quinze ans, crie vengeance.

Terrifiés, Laura et Kit ont déménagé, changé de nom. Aujourd’hui, Laura est enceinte de jumeaux. Quand Kit, en bon chasseur d’éclipse, s’absente pour les îles Féroé, elle sombre dans l’angoisse. Elle sait qu’elle a eu raison de témoigner au procès. Mais elle n’est pas la seule à avoir menti. Quelque chose lui a échappé. Une chose qu’elle n’aurait jamais pu deviner et qui, aujourd’hui, menace de tout faire s’effondrer.

Classé parmi les dix meilleures ventes de l’année en Angleterre, Par omission explore avec une extrême finesse les limites auxquelles nous sommes prêts pour protéger nos mensonges. En jouant habilement des nuances, Erin Kelly oppose la parole d’un homme et d’une femme sur le point de devenir parents, obsédés par la perfection, la justice et la transparence. Elle met en évidence cette zone floue, faite de lâchetés et de renoncements, où se faufilent les criminels et où se distille le poison.

 

Mon avis :

Un thriller qui nous fait monter la pression petit à petit, nous embrumant sous quantité d’informations sur les éclipses, avant de nous montrer la vraie face de chaque personnage. Entre mensonges et non dits, ce roman nous emmène dans un engrenage insoupçonnable, où la confiance envers les autres n’est pas de mise.

Les éclipses

Autant vous le dire de suite, le thème des éclipses est largement abordé, surtout dans la première moitié du roman. On cherche à savoir ce qui se passe, ce qui s’y cache, et on amoncelle les pierres laissées sur le chemin par l’auteure, comme le petit Poucet, guidant les lecteurs sur un chemin tortueux, où les nombreux flashback nous permettent de mieux cerner les personnages et leur passé.

Bien sûr, les éclipses sont la base de tout. C’est à ce moment-là que tout se joue, que ce soit sur le présent des événements ou sur le passé évoqué, c’est là que tout a lieu. Entre Laura, enceinte, qui angoisse à l’idée de voir partir Kit seul, à la poursuite de la meilleure vue possible pour la nouvelle éclipse de soleil. À l’idée qu’il puisse lui arriver quelque chose, malgré le fait qu’ils aient changé de nom… On ressent nous aussi cette pression, cette boule qui nous stresse. Laura réussit à nous persuader que quelque chose de grave va arriver à Kit pendant son voyage, et on attend juste de voir ce qui va arriver. L’alternance passé / présent nous rallonge encore ce laps de temps avant de connaître le fin mot.

Et puis, c’est aussi au cours d’une éclipse qu’ils vont voir Beth, une jeune fille qu’ils ne connaissaient pas alors, se faire violer sous leurs yeux. Et c’est pendant le procès de son agresseur que Laura va mentir, par omission …. Mais qu’a-t-elle pu dire de si grave qui fasse qu’elle s’en veuille aussi longtemps ? Là encore une fois, l’auteure va revenir plusieurs fois sur ce sentiment de culpabilité que va ressentir Laura pour un petit mensonge, qui aura coûté de nombreuses années de prisons à un violeur. Et Laura qui continue de s’en vouloir, malgré les années.

Mensonge par omission

Et si tout découlait en fait d’un non dit ? D’un mensonge par omission ? Et si tout ce qui est arrivé n’était arrivé qu’à cause de ce petit truc caché, gardé secret de nombreuses années, enfoui sous un grand nombre de couches de regrets, de remords et d’espoir.

Les personnages sont semblables à ces éclipses, changeant de masque selon leur envie, et la vérité est alors révélée quand le masque tombe, comme quand la lune s’éloigne du soleil pour le rendre visible de nouveau.

Le lecteur est pris dans une spirale de stress et d’angoisse, aux côtés de Laura, la seule qui, au final, se ronge intérieurement à l’idée d’avoir fait un petit mensonge, et qui au final n’est que victime dans tout ce chaos de menteurs et de manipulateurs. Elle subit des actes de violences verbales, physiques, mentales, et l’auteure est parvenue à me donner l’impression que je les subissais en même temps qu’elle. Laura a réussi à m’angoisser pour Kit, à me faire prendre du recul en même temps qu’elle, à me faire me poser les bonnes questions, pour juste me laisser embarquer par une histoire infernale, bien loin du bonheur partagé d’avoir assisté à une éclipse.

En bref

Malgré une première moitié assez lente, mettant en place les personnages assez doucement, focalisant le lecteur avant tout sur un événement planétaire magnifique et indescriptible ( les éclipses ), l’histoire finit par décoller et ne nous laisse plus le choix que de suivre le mouvement, ne posant le livre que pour des besoins vitaux, tournant les pages sans souffler jusqu’à enfin savoir ce qu’il s’est vraiment passé ce jour-là.

La curiosité fait qu’on veut savoir qui ment vraiment, à quel sujet, et ce que chacun a à en dire. J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, surtout la seconde partie. La thématique a l’avantage d’être originale, mêlant habilement l’angoisse des mensonges et ce qui en découle.

Une belle découverte, une bonne lecture, et un livre que je recommande !

 

Publicités