Ça a été notre premier pas vers le zéro déchet.

On l’a acheté l’an dernier, mais sans vraiment prendre le truc de s’en servir comme il fallait. En plus on l’avait mal placé, il était sur un terrain en pente, bref on n’a pas poussé plus loin que ça. Et puis avec l’arrivée du printemps, on a décidé de se mettre au potager et on a nettoyer un espace de terre au bout du jardin. On en a profité pour stocker le composteur.

J’ai commis plusieurs erreur en l’achetant. Déjà je l’ai pris neuf, j’aurai du le prendre d’occasion ou le fabriquer, mais bon se rendre compte de ses erreurs c’est déjà un bon début. Et puis je l’ai pris en plastique. Donc automatiquement, c’est pas top, écologiquement parlant. Mais d’un autre côté c’est aussi plus léger.

Voilà donc la bête ! Idéalement placée loin de la maison, parce que ça chlingue quand même ce truc une fois qu’on en met dedans, on a choisi aussi de le poser le long de la clôture avec la voisine. Pourquoi ? Et bien déjà c’est ma belle-sœur ( ce qui facilite pas mal les choses quand même ) et ça lui permet de mettre dedans aussi. Du coup mon compost augmente plus vite et ça lui a permis de recycler aussi !

Le but du compost est de transformer nos déchets organiques en un produit semblable à un terreau. Ou comment faire pousser vos plantes plus vite en mangeant des légumes !

Ici, on jette environ 20L par semaine dedans. Entre épluchures de patates, carottes, concombres etc… les restes alimentaires qu’on ne peut pas donner aux chiens ( hors viande ou carcasse , ça je ne composte pas ), les coquilles d’œufs, les copeaux de bois, et j’en passe ! Ça macère , ça macère et bingo on obtient un terreau naturel, non emballé dans un sac plastique grand format, parfait pour avoir encore plus de légumes.

Bref, pour nous le compost a été la base de la démarche, notre première pierre à l’édifice zéro déchet. Et vous, vous en avez un ?

Publicités