Éditions HC – parution le 3 octobre 2019 – 341 pages

Synopsis :

une trace dans le temps.jpgDans ce quatrième tome, l’institut va devoir se battre pour survivre.

Max et Leon se sont retrouvés et espèrent bien mener une vie paisible… mais ils n’arrivent même pas jusqu’à l’heure du déjeuner. Du XVIIe siècle à l’Égypte ancienne, de Pompéi à Southwark, ils se lancent sur la ligne du temps, jouant un jeu de cache-cache périlleux. Mais ils finissent par retourner à St Mary où de grands dangers les attendent.
Jodi Taylor transporte le lecteur dans l’Histoire avec toujours autant d’humour, alors que la dernière bataille de St Mary est pratiquement désespérée. Débordé, en infériorité numérique et avec son bâtiment sur le point de s’écrouler, comment l’institut pourra-t-il survivre ?

 

Mon avis :

Un quatrième tome à hauteur du reste de la saga. Ça ne s’essouffle pas, l’attachement aux personnages est toujours présent, on apprend à les redécouvrir, on les aime toujours autant ( surtout Max ! Indéniablement mon personnage féminin préféré tous romans confondus ! ). Bref, ce quatrième tome vous transporte toujours plus loin, au cœur d’une bataille sans précédent. Mais quel pied !! Quel plaisir de replonger dans cette saga !

Je l’ai dévoré, littéralement bouffé. Et c’est d’autant plus un bon signe quand on sait à quel point j’ai du mal à lire depuis 2 mois ! Mais non, les 340 pages de ce tome 4 n’ont fait que 3 jours, tout en me laissant comme à chaque fois un sentiment de perte en le refermant. J’aime tellement les personnages attachants, l’ambiance détendue et amicale, les sarcasmes et petites taquineries, l’originalité de certains et la lassitude des autres face à cette dernière. L’institut St Mary est un lieu où j’aurais aimé habiter, et y vivre comme les historiens.

Ce quatrième tome a néanmoins pris un tournant assez inattendu. Alors certes, la fin du troisième nous annonçait déjà un nouveau départ, mais j’étais loin de m’imaginer à quel point l’auteure jouerait avec le temps et l’espace ! Elle a trouvé une solution assez invraisemblable et qui pourtant reste plausible afin de se renouveler et de nous embarquer dans de nouvelles histoires avec Max.

Nous allons traverser le temps, de l’Angleterre du XVIIème siècle, jusqu’à l’éruption du Vésuve, en passant par l’Égypte de Toutankhamon et l’Angleterre du Moyen-âge. J’aime suivre leurs pérégrinations, les voyant lutter pour ne pas changer l’Histoire, et revenir en vie à chaque saut temporel. Moi qui suis passionnée d’Histoire c’est un régal à chaque fois !

Le style de l’auteur ne change pas, c’est toujours aussi fluide et agréable à lire. Les dialogues sont nombreux, tout comme les touches d’humour et de répondant. C’est un plaisir incroyable à chaque lecture, et je passe une bonne partie de mon temps à sourire et même rire face à certaines situations.

un monde apres l'autre.jpgIndéniablement, commencer par le quatrième tome serait vous gâcher le plaisir de découvrir la saga et de tout comprendre sur le caractère des personnages ! Je vous conseille donc absolument de débuter par le premier tome « Un monde après l’autre » qui non seulement vous permettra de découvrir l’institut St Mary en même temps que Max, mais aussi de comprendre pourquoi les personnages en sont là où ils sont au début de « Une trace dans le temps ».

En bref :

Ce quatrième tome des Chroniques de St Mary ne déroge pas à la règle. Il rentre dans mes coups de cœur de l’année. J’ai pris un plaisir immense à la lecture, alors que c’est une période assez creuse pour moi en ce moment. Et pourtant, je n’ai pas hésité à me jeter dessus dès la réception ! Et en effet, la joie de retrouver Max m’a suffit à me faire replonger sans retenue dans ce monde rempli d’Histoire et d’humour.

Je vous conseille de commencer par le premier tome de la saga afin de ne pas vous gâcher le plaisir et risquer de vous faire spoiler. Mais je vous préviens, il y a de très fortes chances que vous accrochiez tellement que vous ne pourrez plus oublier les personnages !

Coup de cœur évident pour ce quatrième tome !