Les sorties de Mai et Juin 2020

Hello tout le monde !

Voici donc la liste des quelques livres à sortir en Juin qui m’attirent ou m’intriguent. Bien sûr, cette liste est non exhaustive, et il se peut ( c’est même très probable ) que je loupe des sorties …

Il faut savoir que de nombreuses sorties étaient normalement prévues plus tôt, en Mars, Avril ou Mai. À cause du confinement, les dates ont été décalées. Ne vous étonnez donc pas de revoir des romans que j’avais repéré pour mars !

Mais commençons cet article par les sorties de Mai. Il y en a moins que pour juin, et pour cause, les sorties ont reprit seulement mi mai.

Les sorties de Mai :

08/05 : « L’enfer vivait ici » de Ludovic Metzker

Trois amis d’enfance font l’acquisition d’une vieille maison de la banlieue berlinoise.
Après plusieurs mois de travaux elle est devenue un magnifique gîte.

À l’heure où leurs femmes accueillent les premiers clients, Karl, Marc et Farid se rendent à deux cents kilomètres de là.
Une ancienne gare suscite leur intérêt.

Une porte qui claque et qui refuse de s’ouvrir.
Une ombre entrevue dans un miroir.
Des graffitis, des chants d’hier…

« Il est temps qu’elle finisse ce qui a été commencé ! »

Mon avis : Un roman sympa qui manque cruellement de densité. Ma chronique ici :
https://unbonlivrealire.wordpress.com/2020/05/22/lenfer-vivait-ici-de-ludovic-metzker/

11/05 : « L’homme de la Plaine du Nord » de Sonja Delzongle

Effrayant, troublant, ténébreux, ainsi va le monde selon Hanah Baxter

De retour à New York, la célèbre profileuse Hanah Baxter espérait reprendre le cours d’une vie normale, ou presque… Mais on n’échappe pas à son destin, encore moins à son passé, et celui d’Hanah est peuplé de démons. Baxter fait l’objet d’un mandat d’arrêt international, accusée d’un meurtre commis vingt ans auparavant, celui de son mentor, Anton Vifkin.
Rapatriée en Belgique, Hanah accepte de collaborer avec le commissaire Peeters, chargé de rouvrir l’enquête. La découverte d’un homme dévoré par des pit-bulls en pleine forêt de Seignes les lance sur la piste d’un manoir qui semble étrangement familier à Baxter. Elle est déjà venue ici, du temps de Vifkin.
Tandis qu’Hanah et Peeters se débattent en plein mystère, quelqu’un les guette. Un tueur redoutable, à qui il reste une dernière balle passée à l’or fin, la balle qui aurait dû atteindre Hanah vingt ans plus tôt…

20/05: « La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » de Suzanne Collins

Dévoré d’ambition
Poussé par la compétition
Il va découvrir que la soif de pouvoir a un prix

C’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate.

Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine.

Dans l’arène, ce sera un combat à mort.

Pour assouvir son ambition, Coriolanus parviendra-t-il à réprimer l’affection grandissante qu’il ressent pour sa candidate, condamnée d’avance ?

20/05 : « La vallée » de Bernard Minier

Un appel au secours au milieu de la nuit

Une vallée coupée du monde

Une abbaye pleine de secrets

Une forêt mystérieuse

Une série de meurtres épouvantables

Une population terrifiée qui veut se faire justice

Un corbeau qui accuse

Une communauté au bord du chaos

Une nouvelle enquête de Martin Servaz

27/05 : « L’énigme de la chambre 622 » de Joël Dicker

Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais.
Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire.
Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?
 
Avec la précision d’un maître horloger suisse, Joël Dicker nous emmène enfin au cœur de sa ville natale au fil de ce roman diabolique et époustouflant, sur fond de triangle amoureux, jeux de pouvoir, coups bas, trahisons et jalousies, dans une Suisse pas si tranquille que ça.

28/05 : « Nuuk » de Mo Malø

Dans les villages du Groenland, une étrange épidémie de suicides touche les jeunes gens. La misère sociale et la rudesse climatique n’expliquent pas tout.
Après un long passage à vide, la hiérarchie de Qaanaaq Adriensen l’a autorisé à reprendre son poste de chef de la police de Nuuk, la capitale du pays. Mais sous deux conditions : être suivi par une thérapeute et renoncer aux expéditions sanglantes qui ont fait sa réputation. Hélas, ses démons le reprennent vite, au grand dam de son adjoint inuit, Apputiku Kalakek.
Qaanaaq découvre que les différentes morts sont liées par les traces du passage d’un mystérieux chamane chez plusieurs victimes. Et partout où se rend le policier, lui sont livrées, colis après colis, les pièces d’un puzzle macabre. Paranoïaque, disent-ils ? Qaanaaq veut prouver à tous que ses failles n’ont pas atteint ce qu’il a de meilleur en lui : son instinct de chasseur.

28/05 : « La seconde épouse » de Rebecca Fleet

Quand Alex a rencontré Natalie, celle-ci a changé sa vie. Après la mort tragique de sa première femme, avec qui il a eu une fille, Jade, à présent adolescente, il est déterminé à former de nouveau une famille unie.
Mais son bonheur naissant se brise lorsque sa maison est ravagée par les flammes. Jade soutient qu’elle a vu un homme s’introduire chez eux le soir de l’incendie ; Natalie affirme au contraire qu’il n’y avait personne. Alex doit alors faire un choix impossible : croire sa fille ou croire sa nouvelle femme.
Et si cette dernière ne lui avait pas tout raconté sur son passé ?

28/05 : « L’ossuaire » de Fiona Cummins

Tandis que les parents de la petite Clara Foyle s’accrochent à l’espoir de la revoir en vie, Ella Fitzroy se démène pour retrouver l’homme suspecté de l’avoir enlevée.

Clara Foyle, cinq ans, a été enlevée il y a bientôt trois mois. La petite fille est atteinte d’ectrodactylie, une maladie osseuse aussi appelée syndrome des mains en « pince de crabe ».
Le principal suspect, Brian Howley, est toujours en fuite après avoir échappé à la surveillance de la police. Sa collection d’ossements humains a disparu dans l’incendie de sa maison. Pour la recommencer, il a besoin d’une pièce unique : Clara. Malgré la ténacité de l’inspectrice Ella Fitzroy, la petite fille demeure introuvable. Un terrible compte à rebours commence. Avec un style-cutter aussi efficace que glaçant, Fiona Cummins plonge dans l’âme du psychopathe. Vous ne laisserez plus jamais vos enfants revenir seuls de l’école.

Le Collectionneur, quant à lui, s’est remis en traque…

Attention, c’est un tome 2 !

28/05 : « La mémoire du temps » de Frank Leduc

Alice est une brillante critique gastronomique, mariée à un écrivain célèbre et à qui la vie a tout donné. Jusqu’au jour où, sans raison apparente, son corps commence à se couvrir d’étranges brûlures. Aucun médecin, psychiatre ou marabout n’arrive alors à la soigner, ni même à identifier les causes de ces symptômes spectaculaires. Grâce à la recommandation de l’éditeur de son mari, Alice obtient un rendez-vous chez un grand neurologue aux méthodes particulières. Lors d’une première séance de psychanalyse sous hypnose, Alice est victime d’un effroyable cauchemar : elle semble revivre le calvaire d’une adolescente disparue en 1937 dans d’étranges circonstances…

Qui est cette mystérieuse Lisa? Est-elle réelle ou imaginaire?

Alice parviendra-t-elle à percer le secret de la mémoire du temps ?

28/05 : « La fille aux papillons » de Rene Denfeld

En enquêtant sur la disparition de sa sœur, Naomi, « la femme qui retrouvait les enfants », croise le chemin d’une fille des rues de Portland nommée Celia. Naomi tente de faire reconnaître le viol dont a été victime Celia et remonte la trace d’une série de meurtres de jeunes filles. Un roman réaliste et sensible sur le monde de l’enfance meurtrie.

Les sorties de Juin

03/06 : « La dernière veuve » de Karin Slaughter

Août 2019. Une attaque à la bombe touche un quartier stratégique d’Atlanta. Sara Linton et son compagnon Will Trent, enquêteur pour le Georgia Bureau of Investigation, se précipitent sur le lieu de l’explosion. Alors que Sara tente de venir en aide aux victimes, elle est enlevée sous les yeux de Will par les poseurs de bombes et conduite au pied des Appalaches, dans un camp peuplé d’hommes armés et de femmes en longues robes blanches. Ce groupuscule paramilitaire aux airs de secte prévoit de multiplier les attaques terroristes à l’échelle nationale afin de rétablir la suprématie de l’homme blanc.
La menace est sans commune mesure. Le danger, imminent.
Ensemble, Will et Sara parviendront-ils à déjouer l’attentat le plus meurtrier du xxie siècle  ?

03/06 : « La machine Ernetti » de Roland Portiche

L’incroyable histoire vraie d’une machine à explorer le temps, cachée dans les archives secrètes du Vatican !

Mars 1938. Le physicien italien Ettore Majorana disparaît au large de la Sicile. Avec lui, le projet secret sur lequel il travaillait depuis des années.

Automne 1955. On retrouve par miracle les notes du physicien disparu. Elles inspirent au père Ernetti une idée folle : construire une machine à voir dans le temps. Un chronoviseur.

Sur ordre de Pie XII, le prêtre plonge deux mille ans en arrière. L’objectif est simple : prouver l’existence du Christ.

Commence alors une course folle entre le Vatican, la CIA, le KGB et le Mossad. Car ce que le père Ernetti va découvrir, en pleine guerre froide, pourrait changer l’ordre du monde.

Ce roman est fondé sur une histoire vraie.

03/06 : « Le jour des cendres » de Jean-Christophe Grangé

Dans un monde de pure innocence, quel peut être le mobile d’un tueur ? Dans une communauté sans péché, comment le sang peut-il couler ? À moins qu’à l’inverse… Le coupable soit le seul innocent de la communauté.

04/06 : « Noyade » de J.P.Smith

Joey, 8 ans, passe l’été dans un camp de vacances au milieu des bois. Le moniteur de natation, Alex Manson, s’est juré qu’à la fin du séjour, tous les garçons sauraient nager. Or Joey a peur de l’eau. La veille du départ, Alex l’abandonne sur un radeau au milieu du lac, le mettant au défi de rentrer tout seul à la nage. On ne le retrouvera jamais… Vingt ans après, Alex est devenu promoteur immobilier. Ses méthodes et sa morgue lui ont attiré de solides inimitiés, mais sa réussite est éclatante. Jusqu’au jour où ça dérape, ce qui aurait pu passer pour de mauvaises blagues tourne au cauchemar. Joey serait-il revenu pour se venger ?

04/06 : « Le jour où Kennedy n’est pas mort » de R.J. Ellory

C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain…

Quand soudain, rien : le président ne mourra pas ce jour-là. En revanche, peu après, le photojournaliste Mitch Newman apprend le suicide de son ex-fiancée, dans des circonstances inexpliquées. Le souvenir de cet amour chevillé au corps, Mitch tente de comprendre ce qui s’est passé. Découvrant que Jean enquêtait sur la famille Kennedy, il s’aventure peu à peu dans un monde aussi dangereux que complexe : le cœur sombre de la politique américaine.

Sexe et manipulations, mensonges et assassinats… Dans cette histoire alternative, à mi-chemin entre 22/11/63 de Stephen King et les thrillers paranoïaques des années 1970, JFK semble avoir échappé à son destin. Mais pour combien de temps ?

04/06 : « Il était deux fois » de Franck Thilliez

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.

Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…

Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

10/06 : « L’affaire Silling » de Stephane Keller

Quelques semaines avant le mois de mai 1981 et l’arrivée de la gauche au pouvoir.Norbert Lentz, un ancien flic devenu « opérateur spécial » pour les services occultes de la République est chargé de récupérer,quels que soient le prix et les dommages collatéraux, une pellicule photographique très compromettante. Elle contiendrait les images de hauts responsables politiques lors de parties fines dans la demeure d’un acteur célèbre.Une mission de débutant pour cet homme aguerri, brutal, revenu de tout et de tous.Mais les choses deviennent vite plus compliquées et la simple possession de ces photos fait de lui un maillon compromis, un élément à supprimer.Pourtant, le calcul de ses donneurs d’ordres va s’avérer mauvais :Norbert n’a plus rien à perdre et il décide de tout faire pour lever le voile sur l’indicible.

10/06 : « Quand je ne serai plus là » de Linda Green

Depuis quelques jours, Jess Mount vit un véritable cauchemar. Son fil d’actualité Facebook semble totalement déréglé, et la transpose dans un futur où… elle n’existe plus. Elle serait vraisemblablement morte dans un accident. Mais avant cette fin tragique, elle se découvre un petit ami, un mariage, et même un bébé. Pourtant lorsque de nouveaux messages suggèrent qu’elle a été assassinée, le doute s’installe. Et s’il ne s’agissait pas d’une simple blague  mais de son véritable destin  ? 
Jess comprend bientôt que si elle change l’avenir pour sauver sa vie, le bébé qu’elle a commencé à aimer n’existera peut-être jamais…

10/06 : « La marque du père » d’Emelie Schepp

En ce début de soirée, Sam Witell s’absente de sa maison pour une course rapide. À son retour, il a tout perdu  : sa femme a été assassinée, son fils, Jonathan, six ans, a disparu. L’œuvre d’un pédophile  ? d’un psychopathe  ? Sous la houlette de la procureure Jana Berzelius, les policiers Henrik Levin et Mia Bolander enquêtent. Si leur soupçon porte d’abord sur le père, ce dernier semble avoir un solide alibi. Pourtant, de nombreuses zones d’ombre subsistent dans cette famille en apparence bien lisse… Pourquoi la défunte mère était-elle dépressive  ? Jana Berzelius doit démêler cette affaire aux ramifications complexes tandis que son passé de tueuse menace de refaire surface. Il va falloir frapper vite, et fort…
 
Avec son héroïne aussi brutale qu’insaisissable, Emelie Schepp poursuit brillamment la série à l’origine de son succès.

10/06 : « Le fléau Atlantis » de R.G. Riddle

Un fléau oublié surgit du passé… et cette fois, l’humanité pourrait en être à jamais transformée. La course contre la montre pour enrayer le fléau Atlantis est lancée.

Découvrez le nouveau thriller haletant de l’auteur du Gène Atlantis, phénomène mondial traduit dans une vingtaine de langues et vendu à plusieurs millions d’exemplaires.

À Marbella, en Espagne, la généticienne Kate Warner met au jour une réalité terrifiante : la race humaine pourrait être au bord de l’extinction, alors qu’une pandémie sans précédent déferle sur le globe.
Les survivants voient leur génome transformé. Certains évoluent rapidement. Les autres régressent inexorablement. Les pays industrialisés proposent un médicament miracle – Orchidée – distribué dans les camps de réfugiés, mais qui traite les symptômes sans soigner le mal.
La firme Immari International quant à elle entrevoit un monde dominé par les survivants génétiquement supérieurs : une nouvelle race humaine.

Avec pour enjeu le contrôle de la population, le bras de fer entre les Immari et l’Alliance Orchidée bascule dans le conflit ouvert. L’humanité n’a plus qu’un seul espoir : trouver un remède au fléau Atlantis avant qu’il ne soit trop tard…

Kate Warner se lance alors dans un périple à travers les champs de ruine de l’Europe et de l’Afrique, mais ce sont ses recherches sur le passé qui vont la mener à une stupéfiante découverte.
L’histoire de l’évolution humaine n’est pas ce qu’elle semble être, et rétablir l’équilibre pourrait bien exiger d’elle un sacrifice impossible…

11/06 : « Sept mensonges » de Elizabeth Kay

Tout a commencé par un mensonge. Un tout petit mensonge…

Jane et Marnie sont inséparables depuis l’enfance. Et si Jane avait été honnête depuis le début – si elle n’avait pas menti cette toute première fois –, alors peut-être que les choses auraient pu tourner autrement. Peut-être que le mari de sa meilleure amie serait encore en vie.
Le temps est venu pour Jane de dire la vérité, enfin… sa vérité. Tandis qu’elle se confie et décortique les sept mensonges qu’elle a racontés à Marnie, chacun plus terrible que le précédent, elle révèle les couches de noirceur qui ont infiltré leur amitié et les secrets toxiques qui remuent sous la surface. Mais une vérité peut toujours en cacher une autre…

11/06 : « Regarder le noir » – Recueil de nouvelles

LES GRANDS NOMS DU THRILLER METTENT NOS SENS EN EVEIL

Barbara Abel, Amélie Antoine, R.J. Ellory, Julie Ewa, Claire Favan, Karine Giebel, Johana Gustawsson, René Manzor, Fred Mars, Olivier Norek, Fabrice Papillon, Gaëlle Perrin-Guillet.

Douze auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire ouvrir grand les yeux au fil de récits qui jouent avec les différentes interprétations de la vision.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute. Éclectique et suprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.

N’ayez pas froid aux yeux, venez Regarder le noir.

11/06 : « La nanny » de Gilly Mc Millan

Entre Chanson douce de Leïla Slimani et Rebecca de Daphné Du Maurier, un thriller élégant et terrifiant.

Jocelyn, sept ans, aime sa nourrice plus que tout. Lorsque celle-ci disparaît sans laisser de traces, Jo est inconsolable. Comment a-t-elle pu partir ainsi, sans même lui dire au revoir ?

Trente ans plus tard, Jo se voit obligée de retourner vivre dans la demeure familiale, malgré la relation conflictuelle qu’elle entretient avec sa mère.

Alors qu’elle passe des jours sombres dans la bâtisse immense et inquiétante, une nouvelle vient bouleverser son quotidien : Hannah, sa nourrice, est de retour. Jo exulte, ravie de retrouver enfin la seule personne qui l’a réellement aimée.

Mais lorsque des restes humains sont découverts dans le jardin, la situation vire au cauchemar. Que s’est-il réellement passé lorsqu’elle était enfant ? Quels secrets cachait sa nourrice et que fuyait-elle ? Peut-elle faire confiance à sa mère ?

11/06 : « Le 7ème Fléau » de James Rollins

Deux ans après avoir disparu dans le désert soudanais, le professeur Harold McCabe, à la tête d’une expédition archéologique britannique, réapparaît au milieu des sables, mais s’effondre avant de pouvoir raconter son histoire. L’autopsie met au jour une étrange découverte : quelqu’un aurait commencé à momifier le corps du professeur, alors qu’il était encore en vie.

Peu après, des nouvelles alarmantes arrivent d’Égypte : l’équipe médicale ayant pratiqué l’analyse du corps du professeur est contaminée par un virus inconnu, qui se propage bientôt dans tout Le Caire. L’inquiétude grandit et certaines rumeurs laissent entendre que les dix plaies d’Égypte, dont le professeur McCabe cherchait des preuves, sont en train de recommencer.

Le commandant Gray Pierce et son équipe devront lutter contre une menace venue du passé et rendue réelle par la science moderne.

Un danger capable de décimer l’humanité entière.

11/06 : « Les saintes reliques » de Steve Berry

Après L’Héritage des Templiers et Le Dernier Secret du Vatican, la nouvelle aventure de Cotton Malone, sur la piste des Saintes Reliques.

326 : Lors de la destruction d’un temple érigé sur l’emplacement du tombeau du Christ, on découvre des restes de la croix de Jésus. C’est ainsi que commence le culte des reliques sacrées, et en particulier celui de sept d’entre elles, liées à la Passion : la Croix, la Couronne d’épines, la Colonne de la flagellation, l’Éponge, la Lance, les Clous et le Précieux Sang. Avec les croisades, elles sont rapportées en Europe et exposées dans des lieux saints.

2020 : Cotton Malone est à la basilique du Saint-Sang à Bruges où, depuis le xiie siècle, repose l’ampoule sacrée contenant le sang du Christ recueilli par Joseph d’Arimathie. Tandis qu’il visite l’édifice, le précieux reliquaire est dérobé. Cotton apprend alors que quatre des Saintes Reliques ont disparu au cours des mois précédents, en particulier celle conservée à Notre-Dame de Paris. C’est le début d’une enquête passionnante, au cours de laquelle Malone va devoir faire preuve d’une extrême maîtrise pour échapper à tous ceux qui, dans l’ombre, veulent à tout prix garder secrète une sombre vérité, objet d’un terrifiant complot.

17/06 : « L’ami imaginaire » de Stephen Chbosky

Une mère et son fils en cavale trouvent refuge dans la petite communauté de Mill Grove, en Pennsylvanie.
Mais dans ce havre de paix, le petit garçon disparaît.
Quand il émerge de la forêt six jours plus tard, il a l’air indemne.
Lui seul sait que quelque chose a changé.
La voix du bois est dans sa tête et lui dicte une mission.
S’il ne lui obéit pas, sa mère et tous les habitants de Mill Grove risquent son courroux…

Entre suspense effroyable et richesse émotionnelle, Stephen Chbosky renouvelle la littérature de l’horreur. À lire les lumières allumées.

17/06 : « La vengeance des cendres » de Harald Gilbers

Berlin, hiver 1946, le plus froid que la capitale ait connu au XXe siècle. La guerre est certes finie mais l’Allemagne commence à peine à panser ses  plaies, et les Berlinois manquent de tout, surtout de nourriture. Dans cette atmosphère très tendue, des corps mutilés font mystérieusement surface aux quatre coins de la ville. Chacun a la peau couverte de mots écrits à l’encre, et une liste de noms inconnus fourrée dans la bouche. Le commissaire Oppenheimer est alors mobilisé pour mener l’enquête et découvre vite un point commun entre ces morts : ils avaient tous collaboré avec le régime nazi. À Oppenheimer de parvenir à retracer le passé du tueur, et à anticiper ses prochains meurtres.

Absolument captivant et redoutablement documenté, La Vengeance des cendres est un majestueux polar historique qui fascine autant qu’il instruit.

17/06 : « Un pique-nique presque parfait » de Faith Martin

Été 1960.   Après une fête de fin d’année organisée par les étudiants de St Bede’s College sur les berges d’une rivière, le corps d’un certain Derek Chadworth est retrouvé flottant dans les eaux de Port Meadow. Et si tous les jeunes gens présents sur les lieux affirment que la mort de Derek est accidentelle, aucun d’entre eux ne peut attester avoir bel et bien aperçu l’étudiant à la fête. Confronté à des témoignages vagues qu’il juge peu crédibles, le Dr Clement Ryder décide d’ouvrir une enquête, assisté de la jeune policière Trudy Loveday, qui entreprend de se faire passer pour une étudiante de St Bede’s College. Trudy arrivera-t-elle à gagner la confiance des élèves et percer le mystère qui entoure la mort du jeune homme le plus populaire de l’université  ? Car une chose est sûre  : Derek Chadworth n’était pas un étudiant comme les autres…

18/06 : « Urbex Sed Lex » de Christian Guillerme

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…
Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS !

18/06 : « Pièces détachées » de Phoebe Morgan

Corinne, Londonienne de 34 ans, a déjà eu recours à trois FIV. Mais cette fois, elle en est sûre, c’est la bonne. Elle va tomber enceinte. Cette cheminée miniature en terre cuite, qu’elle découvre un matin sur le pas de sa porte, n’est-elle pas un signe du destin ?

Cette cheminée coiffait le toit de la maison de poupée que son père adoré – célèbre architecte décédé il y a bientôt un an – avait construite pour elle et sa sœur Ashley quand elles étaient enfants.

Bientôt, d’autres éléments de cette maison de poupée font leur apparition : une petite porte bleue sur le clavier de son ordinateur, un minuscule cheval à bascule sur son oreiller…

Corinne prend peur. Qui s’introduit chez elle ? Qui l’espionne ? La même personne qui passe des coups de téléphone anonymes à Ashley ? Y a-t-il encore quelqu’un en qui la jeune femme puisse avoir confiance ?

Une réflexion sur “Les sorties de Mai et Juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s