« La belle de Caux » de Ludovic Miserole

Éditions Phénix Noir – Parution le 14 juin 2022 – 292 pages

Synopsis :

Elle se sait condamnée, victime, comme tant d’autres, de la cruauté des hommes. Ce soir, la belle d’antan vit ses dernières heures. Incapable de bouger, et encore moins d’appeler à l’aide, elle les entend, à la porte, discuter de la façon dont ils vont se débarrasser d’elle. Résignée, elle n’a d’autre choix que de se préparer à l’inévitable en se remémorant les jours heureux partagés avec Maupassant, Massenet, Hugo et tant d’autres, ces fantômes d’une gloire révolue. Et si de son histoire dépendait justement son Salut. Et si… Depuis des années, Ludovic Miserole prend plaisir à raconter le destin de gens ordinaires ayant vécu des choses extraordinaires. Avec La Belle de Caux, l’auteur ne déroge pas à cette règle qu’il s’est fixée. Embarquez dans cette nouvelle histoire dans laquelle le devoir de mémoire se fait ressentir à chaque page.

Mon avis :

Vous n’imaginez pas à quel point faire cette chronique va être très compliqué pour moi. J’ai vécu ce roman prise entre deux ressentis très mitigés et je vous explique pourquoi …

Dans « La belle de Caux », nous écoutons les confessions d’une condamnée à mort. Ce qu’elle a vu, vécu et entendu à travers les décennies. Les rencontres qu’elle a faites. Ce qu’elle a ressenti. Nous sommes pris entre un tourbillon de souvenirs avec Maupassant, Monet et j’en passe, et d’un autre côté deux hommes qui vont devoir mettre un terme à l’existence de cette belle d’antan. Une alternance de chapitres qui donne un peu de rythme à une histoire lente mais intéressante.

Alors, me direz vous, pourquoi ai-je été aussi mitigée à la lecture de cet ovni littéraire ? D’un coté, j’ai été conquise par le style, les mots, la mélodie de ce roman. Impressionnée même par la maîtrise du vocabulaire, la plume dansante, chantante, apportant une qualité qu’on ne rencontre que trop peu souvent.
Et d’un autre côté, je me suis ennuyée sur près de la première moitié de l’histoire… J’avais compris certains des éléments de la révélation finale dès le premier tiers, je trouvais que ce que la belle de Caux avait à raconter était sans réel intérêt. Je me suis sentie frustrée de ne pas accrocher à ce qui était raconter alors que la façon de le raconter était merveilleuse. Quand je me rappelais les retours quand même très dithyrambiques des autres lecteurs, j’ai eu l’impression de passer à côté de quelque chose de fou, sans m’en rendre compte. La deuxième moitié du roman m’a beaucoup plus intéressé et je l’ai lu d’une traite, mais le début a été assez laborieux malgré le style irréprochable de l’auteur.

Quand j’entends parler d’ovni littéraire, je ne peux qu’approuver. C’est tellement différent de tout ce qu’on peut lire d’ordinaire, qu’on voit en ce roman quelque chose d’extra-ordinaire. Je vous pousse honnêtement à vous faire votre propre avis. Si vous êtes plus réceptifs que moi, certainement que l’histoire de cette Belle vous plaira. Et quand bien même ce ne serait pas le cas, rien que pour la magie des mots et le style impeccable de l’auteur, ce roman mérite d’être lu ( et apprécié 🙂 )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s