« Héloïse » de Ophélie Cohen

Édition Phénix Noir – Parution le 13 octobre 2021 – 348 pages

Synopsis :

« Toutes les femmes ont une histoire. La mienne est plutôt moche. » À la veille de ses trente ans, au cours d’une nuit entourée des fantômes de son passé, Héloïse va se raconter. Portée par les souvenirs et les remords, elle ouvre la boîte de Pandore. Noir, intime et dérangeant, un roman à la fois sombre et lumineux dans lequel les émotions sont à fleur de mots.

Mon avis :

Je l’ai malheureusement lu depuis près de cinq mois, mes souvenirs vont donc être plus légers que d’habitude. Mais je me souviens très bien de mon ressenti du moment, et je vais donc pouvoir vous donner mon avis, léger certes, mais avis quand même.

Héloïse, un personnage féminin dont le prénom va vous marquer pour un moment. Nous la suivons au cours d’une vie qui va osciller entre les joies et les peines ( surtout les peines). De décisions en désespoir, Héloïse nous raconte sa vie, son calvaire. Tout un roman à la première personne qui tente de vous emmener dans les limbes d’une histoire si triste et si prenante à la fois. Héloïse est un personnage fort, entêtant, qui se dévoile à nous sans rien cacher.

Malheureusement, Héloïse et moi, nous n’avons pas su communiquer. Elle me racontait des choses déprimantes, tristes et dures, et moi j’espérais juste me sortir de là, comme une conversation téléphonique à laquelle on n’ose pas raccrocher. J’admets que tout ce récit est assez glaçant, et bien que quelques passages m’aient beaucoup plu, je reste très en retrait et fuyante face à ce genre de personnage. Et puisque nous sommes uniquement dans sa tête et ses actions, ce ressentiment m’a poussé à chercher à fuir encore plus, à ne surtout pas m’attacher, comme un oiseau qui cherche à sortir d’une belle cage dorée. Car c’est bien de cela que je vous parle. L’écriture, le style, l’émotion qui ressortent de ces pages sont excellents. Très bien travaillés, construits et touchants. Et pour autant, je ne voulais pas y rester. J’ai l’impression d’être antipathique en vous parlant d’Héloïse de cette façon là, et pourtant je vous assure, j’ai voulu l’aimer, mais son histoire personnelle est trop sombre pour m’attirer.

Dans un autre registre, sur une autre histoire, une autre tournure, je pense que je pourrais aimer ce qu’Ophélie Cohen amène à travers ses romans. Je n’ai juste pas accroché au personnage principal, ce qui est problématique car on passe notre temps avec elle. J’espère donc croiser de nouveau la plume d’Ophélie Cohen dans un prochain roman et pouvoir, cette fois, vous en faire un retour bien plus positif.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s