« De nulle part » de Claire Favan

Éditions Harper Collins Noir – Parution le 5 octobre 2022 – 368 pages

Synopsis :

Chatou. Fin des années  1990. Deux nouveau-nés sont trouvés et confiés à l’Assistance publique. Des jumeaux que l’existence va vite se charger de séparer.
Trappes. 2020. Ballotté de foyers sordides en familles d’accueil, Antoine, dit «  Tony  », s’est construit tant bien que mal avec l’idée que la vie est un combat. Il lutte pour mener de front études de droit et petits boulots, et qui sait  : dépasser sa condition.  
Alors que tout ce qu’il réussit à faire est d’accumuler les dettes, se préésente un beau jour à sa porte un certain Raphaël. Raf, c’est son frère, sa copie conforme et son exact contraire, un héritier qui a les codes et la confiance qui va avec. Raf a un plan qui peut changer le destin de son frère. Passé la surprise de la première rencontre, Tony hésite à qualifier la visite de providentielle. Car il n’oublie pas  : l’échec est inscrit en lui depuis son premier cri. Mais il reste l’espoir. Cet espoir qui engendre le supplice.

Mon avis :

Claire Favan est une des reines du thriller français. En quelques mots bien écrits, bien trouvés, elle peut vous envoyer valdinguer de l’autre côté de la pièce, réduire votre cerveau au court-bouillon et transformer votre cœur en votre pire ennemi. Vous allez souffrir à l’idée de réfléchir à ce qui pourrait arriver aux personnages, et morfler en voyant ce qu’ils endurent. Parce que c’est là que réside tout son talent. Et elle est douée !

Dans « De nulle part », tout commence avec l’abandon de jumeaux sous le porche d’une église. Ils sont alors placés à l’adoption. L’un d’eux sera accueillit sous le toit d’un couple très très riche, l’autre recevra tout l’amour qu’il a besoin auprès de parents très humains et généreux, avant qu’ils ne décèdent dans un accident de la route. Il va alors aller de foyers en maisons d’accueil. Il va souffrir, encaisser, se relever, avancer. Grandir, suivre des cours à la fac, enchainer avec des petits boulots. Jusqu’au jour où son jumeau va venir sonner chez lui …

La première partie du roman a été difficile pour moi. La réalité des placements d’enfants, de la violence subie, du manque de moyen vous percute la rétine et vous laisse dans un état proche du refus d’obtempérer… Non, ce n’est pas possible… Non, comment peut-on laisser faire ?…Quelle horreur … Et ce n’est que le triste reflet édulcoré de la réalité.
La deuxième partie est intrigante, plus rythmée aussi, on se demande où la rencontre des jumeaux, à l’instar de David contre Goliath, va pouvoir mener.
Et puis enfin la troisième partie qui, malheureusement, a été pour moi le surplus, beaucoup trop invraisemblable, et l’attachement que j’avais pu développer pour les personnages est retombée plus bas que Terre.

La plume de Claire Favan reste incisive et pernicieuse, marquante mais fluide et transcendante. Une auteure dont j’aime découvrir chaque année la nouvelle parution. Bien que mes préférences restent à ses premiers romans, je ne déroge pas à la règle de lire la nouveauté. Et je continuerai encore, malgré le côté mitigé que j’ai ressenti à la fin de ce roman. Une grande auteure à la française !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s